Nouvelles Nouvelles Préposé Général, Nouvelles, Nouvelles Frères
19 mai 2022

19 avril 2022 : Mardi de Pâques

L’Eucharistie avec les sœurs de Kharkiv est un moment précieux de prière, d’action de grâce et de chant qui exprime espérance et vie.

Je suis très touché par ma rencontre avec elles. Au cours de la matinée, jusqu’à la dernière seconde, nous avons partagé ce que nous avions vécu. Les sœurs ont besoin de me raconter ce qu’elles ont vécu. La panique, la peur, le bruit des bombes qui approchent, l’incertitude, jusqu’au dernier moment la réticence à partir, un départ sans avoir le temps de réfléchir, la présence du pasteur, de l’évêque qui chemine sur une route peu sûre pour les rejoindre et célébrer l’Eucharistie, les réconforter et les entourer. Les dialogues communautaires avec une diversité d’opinions. Les doutes et la prière pour demander la lumière. L’évêque leur a adressé une parole qui a laissé tout le monde sous le choc : demain matin à la première heure, vous devez partir, le danger est imminent (la veille, elles avaient décidé de rester malgré le danger). Mais peu après, il s’est montré encore plus pressant et sans aucune discussion possible. “Dans une heure, les voitures seront à votre porte et vous devrez partir”. Il faut consommer le Saint Sacrement et recueillir le strict nécessaire… Et emprunter un chemin d’insécurité, en évitant les zones de danger. Que d’angoisse avant d’atteindre une zone sûre. La perte de l’une des deux voitures et l’inquiétude jusqu’à ce qu’elle soit retrouvée. Les heures d’attente à la frontière et le fait de laisser derrière soi le pays qui a été leur maison pendant toute leur vie pour les huit sœurs ukrainiennes et pendant plusieurs années pour les trois sœurs polonaises et la sœur slovaque. Tout a basculé et poussé à ce départ lorsque sont arrivées les nouvelles des atrocités de l’armée tchétchène et russe sans scrupules. (Dans toutes les chroniques de ces jours-ci, j’ai omis les détails non nécessaires que mes oreilles et mon cœur n’oublieront pas).

J’écoute, émue aux larmes. Et entre-temps, elles me fêtent avec des chants de Pâques et avec une joie qui me fait pleurer, car je ne comprends pas comment sont possibles tant de douleur et tant de vie débordante. Telle est la joie que je perçois chez elles face à ma visite et à ma présence en ces jours de grande incertitude. Et je déborde de joie face à leur gratitude. La Mère Prieure a les larmes aux yeux lorsqu’elle relate leur histoire. Et les sœurs aussi.

Elles me demandent de leur dire quelques mots pour vivre ce moment. Je leur dis que le OUI le plus important est celui qui est prononcé dans le moment présent, quel qu’il soit. Jean de la Croix et Thérèse de Jésus ont vécu les heures les plus fécondes de leur vie dans les moments les plus difficiles, de plus grande persécution et de plus extrême fragilité. Avant d’atteindre la Terre Promise que Dieu veut vous donner, cette étape que vous traversez est un moment privilégié d’alliance et d’abandon. Nous sommes venus au Carmel pour donner notre vie. Nous n’avions jamais imaginé où le Seigneur nous emmènerait, mais nous savons que, où que nous allions, Il sera notre demeure et notre consolation infinie. Le Carmel renaît aux heures de plus grande pauvreté.

La présidente de la Fédération, qui a été pour elles une véritable mère et leur a tout préparé, est là aussi présente. De même que la Provinciale des Sœurs de Saint-Joseph qui les a accueillis en ce lieu qu’elles avaient justement aménagé pour accueillir des familles de réfugiés ukrainiens. Une vraie providence de Dieu.

Nous avons échangé quelques mots. Mais surtout, des accolades, aussi sincères que nécessaires en cette heure froide et incertaine. Ils m’ont offert une belle statue de Notre-Dame d’Ukraine, qui se trouve désormais près de mon lit.

Nous nous disons au revoir avec une bénédiction, je les bénis et je me sens béni en elles. Elles nous font leurs adieux dans la rue avec guitare et tambour, si pleines de joie que je ne voudrais pas les quitter. Tout le Carmel s’est réjoui de cette communion fraternelle. Et toute l’Ukraine peut être sûre que le Carmel dans son ensemble prie sans cesse et sans répit pour la Paix.

Avant de quitter Częstochowa, nous avons rendu visite aux Carmélites de cette ville, qui attendent dans l’église avec impatience ma bénédiction. Ce fut une visite très rapide et très agréable.

Mon périple à travers l’Ukraine et la Pologne touche à sa fin. Je n’oublierai jamais ce que j’ai vécu. Une blessure s’est ouverte en moi et je ne veux pas qu’elle guérisse. Je trouve cela difficile à assimiler, et le constat de ce que j’ai vu me laisse intérieurement sans voix. Je me suis laissé toucher sans crainte d’écouter, de voir, de sentir, de pleurer, de m’indigner… et je me suis laissé embrasser par ceux que j’allais consoler. J’ai étreint des frères qui semblent forts et qui réconfortent bien des personnes et qui ont besoin d’être consolés et soutenus. J’ai accueilli leur regard avec gratitude. J’ai béni une jeune femme soldat qui me demandait de prier pour elle avant de partir au front, et j’ai été désarmé par le sourire d’une jeune femme qui a perdu tout ce qu’elle avait dans sa maison à Marioupol.

Merci de m’avoir accompagné sur cette terrible route au cœur de la guerre. Nous sommes tous en guerre. Et nous devons être unis. Nous devons nous tenir prêts avec les armes de la lumière. Que personne ne nous enlève notre sourire et notre espérance: c’est le plus grand trésor que je rapporte d’Ukraine. Ce ne sont pas de pauvres gens massacrés, c’est un peuple qui renaîtra de ses cendres parce qu’il a la foi, et leurs plaies nous invitent tous à vivre et à nous tenir debout.

Merci pour vos prières. Mon dernier mot est celui des remerciements des gens simples, des frères, des moniales et des religieuses, le sourire des enfants et le baiser des grands-mères serrant fort mes mains et les embrassant. Ils vous sont reconnaissants à tous. Ils savent que vous continuerez, que nous continuerons tous à être à leurs côtés, quoi qu’il arrive. La bonté triomphera de l’horreur et de la cruauté. Je vous le promets.

Que Dieu nous bénisse tous. “La paix soit avec vous, c’est moi. N’ayez pas peur”, dit Jésus, “Je serai avec vous tous les jours jusqu’à la fin”.