Écouter et accompagner

Écouter et accompagner

La crise épidémiologique générée par le COVID-19, avec le confinement consécutif de millions de personnes sur les cinq continents, a affecté aussi bien le service quotidien que les frères et moniales du Carmel Déchaussé offrent à tant de personnes, avant tout l’impossibilité de célébrer la messe dans les couvents et monastères, de recevoir des visites, d’accomplir des services apostoliques etc. Malgré cela beaucoup de nos frères et sœurs se sont mobilisés pour continuer à écouter et à accompagner le peuple chrétien et l’humanité souffrante en ce moment douloureux particulier.

Les défunts et leurs familles, les malades, le personnel soignant, les gouvernements et tous ceux qui d’une façon ou d’une autre a été touchés par la pandémie, ainsi que ceux qui se sont mis en première ligne pour servir la société, ont été au centre de notre prière.

De plus de nombreux couvents et monastères ont mis à profit les moyens de communication, particulièrement internet et les réseaux sociaux, pour transmettre la messe en direct ou réaliser des rencontres de prière. Ainsi aussi bien sur Facebook que sur YouTube, il a été possible de participer, au moins virtuellement, aux célébrations eucharistiques dans divers pays et langues : italien, espagnol, anglais, français, malayalam etc.

Les communautés de Carmes dans plusieurs pays ont utilisé tous les moyens à leur disposition pour partager des pistes audio et vidéos, par WhatsApp, avec des réflexions, des lectures de textes de nos Saints, etc. afin d’encourager et d’accompagner les personnes confinées. Le CITeS d’Avila a programmé pendant ce temps divers cours et, de plus, il a lancé des vidéos avec des réflexions sur l’évangile de chaque jour. Pour sa part, la Faculté Théologique du Teresianum a continué son travail académique et a déployé un système de classes par vidéoconférences et un suivi personnalisé des élèves par courrier électronique.

A partir de la Maison Généralice nous avons partagé sur nos réseaux sociaux tous les matériels que nous connaissions, ainsi que les différents messages envoyés par le P. Saverio Cannistrà durant ce temps. Sa lettre « un désir en temps de tribulation » a eu une résonnance spéciale, dans et hors de l’Ordre.

A toutes ces actions pastorales s’est joint l’engagement caritatif reflété dans la communion de biens avec les pauvres ainsi que le travail pour fabriquer des masques et autres choses utiles pour lutter contre la maladie. Nous avons su qu’une communauté de carmélites déchaussées a choisi de se priver sérieusement afin de partager les produits de première nécessité – aliments inclus − avec les familles voisines du monastère. Le monastère n’est pas nommé et les sœurs préfèrent rester dans l’anonymat.