Nouvelles Nouvelles Missions, Nouvelles, Nouvelles Frères
17 mars 2021

Le Centre de l’espoir : un acte de foi. Des frères Carmes déchaux dans les prisons du Nigéria

Les missionnaires de la Province anglo-irlandaise, à peine arrivés au Nigéria, ont entrepris, à l’invitation de leur évêque, un apostolat dans les prisons du diocèse d’Enugu. Les besoins sociaux de l’Église locale ont conduit nos frères à prendre cet engagement et à fonder l’« Association carmélitaine pour la défense des prisonniers » (CAPIO – Carmelite Prisoners’ Interest Organisation). Il s’agit d’une association à but non lucratif qui travaille dans les établissements pénitenciers afin d’améliorer la situation des prisonniers au Nigéria.

CAPIO promeut des réformes juridiques, des révisions du code pénal, fournit des services médicaux et juridiques gratuits aux détenus et les accompagne dans leur réinsertion une fois sortis de prison.

Afin d’éviter que les détenus ne récidivent une fois sortis de prison, CAPIO a eu l’idée d’un « Centre de l’espoir ». Un vaste programme éducatif en vue de leur réhabilitation et réinsertion dans la société y est proposé.

CAPIO ne vit que grâce aux dons. Les Carmes déchaussés du Nigéria et les prisonniers engagés dans ce programme de réhabilitation sont extrêmement reconnaissants envers la Conférence épiscopale italienne et des citoyens italiens pour leur aide, notamment de leur avoir reversé l’ «8 per mille» de leurs impôts (NB : le “Huit pour mille” est une loi italienne en vertu de laquelle les contribuables italiens transfèrent obligatoirement 0,8% de leur déclaration annuelle de revenus à une religion reconnue par l’Italie ou à une association d’aide sociale gérée par l’État italien).

Le Centre de l’Ordre du Carmel, à travers le Père Général, le Définitoire et le Père Jérôme Paluku, ocd, secrétaire général de la Coopération Missionnaire, soutient et accompagne cette initiative. Le Centre de l’espoir est également rendu possible grâce au soutien de bien d’autres bienfaiteurs, auxquels nous exprimons notre profonde reconnaissance. Si, après avoir lu cet article, vous souhaitiez soutenir l’apostolat de CAPIO, ou collaborer avec CAPIO, vous pouvez le faire en vous rapprochant du Secrétariat pour la coopération missionnaire. Nous vous remercions d’avance pour votre aide.